Garde-robe, nourriture et bots, c’est le shopping de l’actu

amazon wholefoods

Chaude semaine dans le monde du commerce en ligne. D’Amazon qui s’inspire de Chictypes à Twitter qui s’intéresse à la création de bots dédiés à la relation client, on fait le tour des dernières actualités du secteur.

Amazon Wardrobe : sélection de vêtements à domicile…

Vous souvenez-vous de Chictypes, dont les déboires financiers ont récemment fait l’actualité ? Leur modèle de malle de vêtements livrée à domicile, dans laquelle le consommateur n’a qu’à piocher les pièces qui lui conviennent avant de retourner le reste, semble avoir inspiré Amazon. Le géant américain vient en effet de lancer un service similaire. Baptisé Wardrobe (garde-robe), il est pour l »instant en accès restreint. Sans surprise, il sera à terme réservé aux abonnés Prime, comme l’offre de cashback dont nous vous parlions récemment.

Comment ça marche ? L’abonné est invité à sélectionner au minimum trois articles dans les rayons vêtements et chaussures. Après réception du colis, il dispose de sept jours pour les essayer et choisir ceux qu’il veut garder. Les autres pourront être renvoyés sans frais. Pour encourager les acheteurs, Amazon promet des ristournes en fonction du nombre d’articles achetés.

… et rachat de Wholefoods !

D’après l’américain Brad Stone, auteur d’un ouvrage consacré au fondateur d’Amazon, Jeff Bezos aurait tenu en 2007 les propos suivants : « pour devenir une société qui pèse 200 milliards de dollars, nous devons apprendre à vendre des vêtements et de la nourriture« . Pour adresser le second sujet, l’américain vient d’enclencher le rachat de la chaîne spécialisée Whole Foods pour environ 13 milliards de dollars.

La nouvelle a fait grand bruit aux Etats-Unis. Si Amazon incarne le clic, Whole Foods est en effet un bon représentant du mortar, avec environ 460 supermarchés dédiés aux produits de bouche répartis entre les Etats-Unis, le Canada et la Grande Bretagne.

Grâce à ce rachat, la plus importante acquisition de son histoire, Amazon renforce donc ses positions (encore modestes) dans l’alimentaire, tout en se dotant d’un important réseau de points de vente, qui soutiendra certainement les efforts logistiques du groupe. Beaucoup redoutent que cette entrée fracassante dans le monde de la grande distribution ait un impact négatif sur les acteurs historiques comme Walmart ou Target.

Nestlé investit dans Freshly

En parlant de nourriture… Techcrunch nous apprend cette semaine que Nestlé a pris la tête d’un tour de table organisé par la startup américaine Freshly. Elle vient de lever 77 millions de dollars pour développer son service de repas à domicile. Le concept ? Vous recevez chaque semaine une sélection de plats tout prêts, préparés avec de bons ingrédients et selon les conseils de diététiciens. Facturé 50 dollars par semaine pour quatre plats, Freshly s’adresse à ceux qui n’ont pas le temps de faire les courses ou la cuisine tous les jours mais souhaitent tout de même manger de façon saine et variée. D’abord installée à Noew York puis à Phoenix, la société cherche à étendre sa couverture à tous les Etats-Unis.

Sprout Social : une plateforme pour créer des bots Twitter

Impossible de passer à côté du phénomène des chatbots, qui mobilise des ressources chez tous les grands noms du social media. Twitter a déjà posé les premières briques avec la création de Cards dédiées aux interactions avec un agent conversationnel. Elles permettent à un bot de vous envoyer des messages enrichis de boutons en forme de call to action. Pratique pour amener l’internaute vers son site marchand ou pour générer de l’engagement !

Pour autant Twitter ne semble pas pour l’instant décidé à élaborer sa propre plateforme de création de chatbots. Le réseau laisse donc le champ libre aux spécialistes du social media management, qui n’ont pas tardé à s’engouffrer dans la brèche. Le premier n’est autre que Sprout Social. L’américain vient d’annoncer le lancement d’un Bot Builder, inclus dans son offre à 249 dollars dernier. Cette plateforme est censée permettre à tout acteur intéressé par la relation client de créer son propre agent sans connaissance technique préalable. Reste cependant à voir comment le rendre efficace en termes de CRM, ce qui n’est pas forcément trivial !

sprout social

 

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *